Visites de terrain des défenseurs des droits en région transfrontalière Belgigue, France, Luxembourg

Hier, mardi, dans le cadre d'une visite de travail de trois jours, Claire Hédon, Défenseure des droits (France), son adjoint Défenseur des enfants Eric Delemar, le Délégué Général aux Droits de l'Enfant à la Fédération Wallonie-Bruxelles Bernard de Vos (Belgique), le Médiateur Claudia Monti et, l’Ombudsman fir Kanner a Jugendlecher Charel Schmit ont signé le Livre d’Or à la Chambre des Députés en présence de son président Fernand Etgen et ils se sont entretenus avec des député.e.s de tous les groupes parlementaires concernant les questions et préoccupations actuelles touchant les droits de l'enfant.

Le président de la Chambre des Députés, Fernand Etgen, a dirigé l'échange avec les défenseurs des droits de France, de Belgique et du Luxembourg, qui a notamment porté sur la protection des familles ukrainiennes et des enfants fuyant la guerre dans leur pays, les risques de traite humaine et d'exploitation des mineur.es non accompagné.es mais aussi des femmes, ainsi que sur d’autres défis actuels.



Tout en saluant la vague de solidarité d’une grande partie de la population disposée à accueillir des réfugié.e.s à leur domicile, les Ombudspersonnes ont insisté à l’unisson sur la nécessité d’enregistrer et d’encadrer chaque enfant afin qu'aucun.e ne soit perdu.e, une préoccupation que l'organisation faîtière européenne (European Network of Ombudspersons for Children, ENOC) avait également soulignée dans un récent communiqué de presse et reprenant les doléances de Liudmyla Denisova, Commissaire aux droits de l'homme du Parlement ukrainien, et Aksana Filipishyna, représentante du Commissaire du Parlement ukrainien pour le respect des droits de l'enfant et des familles.

« Nous devons accueillir les enfants le mieux possible. Cela vaut pour tous les enfants qui fuient la guerre et la destruction. Il ne doit y avoir aucune discrimination que ce soit à l’école ou au niveau de la protection sociale, des procédures administratives et des perspectives d’intégration », a rappelé l’Ombudsman Charel Schmit.

Le Médiateur Claudia Monti a mis l’accent sur la coopération transfrontalière des défenseurs des droits : « Nous rencontrons souvent les mêmes problématiques et devons relever des défis similaires tels que p.ex. la prise en charge globale des enfants porteurs d’handicap physique et/ou mental, l’accueil des mineurs non accompagnés, le suivi des enfants fortement traumatisés ».Un autre sujet a été le respect des droits de l’enfant dans des contextes de privations de libertés. Ainsi, la délégation a visité mardi matin l'unité fermée pour jeunes en conflit avec la loi, l’UNISEC du CSEE à Dreiborn et mercredi en après-midi l’Institution Publique de Protection de la Jeunesse (IPPJ) à Saint-Hubert (Belgique) qui est un des 6 centres fermés similaires pour jeunes en Communauté française.

 

Au courant de mardi après-midi, la délégation s’est rendue aux nouveaux locaux du « Service national de psychiatrie juvénile » aux Hôpitaux Robert Schumann au Kirchberg où ils ont pu s’échanger avec l’équipe multiprofessionnelle sur la prise en charge des jeunes atteints de troubles psychiques, ceci plus particulièrement en vue de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la santé mentale des jeunes.

La veille, après avoir visité en France le « Service et établissement public d’inclusion et d’accompagnement Argonne Meuse » à Clermont-en Argonne qui est spécialisé dans l’intervention dans le champ du handicap et de la protection de l’enfance, la délégation s’est rendue au Centre Formida d’ARCUS à Esch-sur-Alzette qui offre des ateliers artisanaux et créatifs aux jeunes ayant quitté l'école prématurément. À partir d’une approche inspirée de la pédagogie Reggio, les jeunes peuvent découvrir des matériaux variés à travers l’art, l’esthétique et l’expérimentation, développer leur propre projet de vie et renforcer leurs compétences sociales ainsi que leurs habilités techniques et créatives.

A préciser que la délégation a été reçue mercredi en matinée à l’« Institut Médico-Pédagogique La Providence » à Etalle près d’Arlon, un institut qui accueille des enfants et adolescents souffrant de troubles de comportement et/ou de déficiences mentales légères ou modérées.

Les visites de terrain dans le domaine de la protection de la jeunesse dans la région transfrontalière, une initiative du défenseur des enfants français, Eric Delemar, a permis un riche échange et toutes les parties envisagent de reconduire cette expérience.

L'OKAJU et le Médiateur remercient toutes les institutions pour l’accueil chaleureux.

 

Communiqué par
Contacts:

Claudia Monti - Chargée du Contrôle externe des lieux privatifs de libertéTel : 26 27 0101-20 

Charel Schmit - Ombudsman Ombudsman fir Kanner a JugendlecherTel : 28 37 36 45

 





 

 

OKaJu - Contacto

Ombudsman fir Kanner a Jugendlecher

Mënscherechtshaus 

65, route d’Arlon
L-1140 Luxembourg
Notre nouveau no de téléphone : 28 37 36 35

ork[at]ork 

Les Recommandations publiées dans le Rapport 2020

Les recommandations et observations publiées dans le rapport 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Le Rapport 2021 - Covid 19 et les droits de l'enfant

Le 16 novembre 2021, M. Charel Schmit, Ombudsman fir Kanner a Jugendlecher (OKaJu), a présenté le Rapport annuel de l’OKAJU, publié à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant. Selon l’Ombudsman fir Kanner a Jugendlecher, il était de toute évidence que le rapport de 2021 allait être dédié à la thématique de la COVID-19 

Matériel de promotion

Vous pouvez commander notre matériel de sensibilisation
La Convention relative aux droits de l’enfant des Nations Unies en résumé:

Article 1
Tout enfant et tout adolescent de moins de 18 ans a les droits énumérés dans la Convention.
Lire la suite...

 
 
Go to top